AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 ◊ Les moeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

George Avery
we lead the game

avatar
Pseudo : la team
Crédits : Alaska
Messages : 98
Date d'inscription : 23/03/2016
Age : ec
Emploi : ministre de la magie.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: ◊ Les moeurs   Mer 27 Avr - 21:44

les moeurs
you shall be princess like
le sang

Malgré les années qui ont passé, les règles de bonnes manières ainsi que la hiérarchie du sang a persisté. Si le monde magique s'est toujours intéressé aux grandes lignées, et au sang pur, ils ont toujours mis un point d'honneur à laisser ce sang immaculé. Un sang-pur a plus de chance de percer qu'un sang-mêlé, pour cause, on sait qu'il vient de la royauté ou de la noblesse et que les grandes familles ont bien plus de contacts qu'un sang-mêlé d'une famille déchue. On ne les esclavage pas, en revanche on ne cherche absolument pas à se mêler à eux. La monarchie avait instauré un règne de terreur à l'époque et ségréguait plutôt violemment les sorciers de sang-mêlés. Les mœurs se sont calmées et la tolérance a pris la place de la haine, en revanche on reste toujours très réticent à l'idée de vouloir se mêler à quelqu'un qui est dit impur. Beaucoup ont gardé les idées d'autrefois et se servent des Impurs de manière plus ou moins illégales. On se fiche d'eux, comme on se fiche des moldus avec qui on coupe tous liens. Un sorcier marié, ou en couple avec un Impur est presque une paria de la société, un sorcier qui se met avec un moldu est quasiment ignoré et repoussé de la société sorcière.
Au sein même des Purs il y a une certaine hiérarchie que de nombreuses familles cherchent à faire respecter. Il y a les neufs sacrées, mais même au sein des neuf grandes familles, il est très clair, que le sang bleu ne règne pas chez chacune et que quelques-unes de ses familles se disent avoir plus de droits que d'autres. Les Malfoy par exemple sont connus pour leur arrogance et leur cruauté envers les Impurs, en contrepartie les Yaxley sont bien plus discrets mais conservateurs quoi que mystérieux quant à leurs idéaux. Le sang reste donc au centre des conversations mondaines, et un sang pur reste le principal objectif des grandes familles qui refusent de se mêler à des Impurs. On ne les maltraîte plus comme d'antan, en revanche on ne cherche pas à créer un lien entre ces différents camps.

les moeurs

Qu'est-ce que ça veut dire d'être de sang pur et de venir d'une grande famille ?
Il faut appliquer les traditions ainsi que les manières de l'époque, même si nous sommes en 2016, le monde sorcier s'est développé différemment du monde moldu. Étant donné que l'on vit toujours dans un semblant de noblesse et de royauté, les enfants sont élevés dans l'idée que nous vivons encore aux XIXème siècle. Les habits se sont modernisés, même s'il est coutume que les femmes ne mettent pas de robes plus courtes que la limite des genoux et il n'est pas rare de voir les hommes habillés en costard avec cravate. Les membres des grandes familles doivent toujours avoir l'air princiers et portent très souvent des vêtements luxurieux même s'ils vont simplement au travail ou encore se promènent sur le chemin de Traverse. Les jeunes femmes doivent savoir coudre, ainsi que cuisiner, comme l'art de la danse classique et de l'instrument, chaque fille apprend, si elle vient d'une famille bien éduquée, les rudiments d'un ou plusieurs instruments, étant très souvent le piano ou le violon. Les hommes, eux, connaissent les rudiments de l'escrime, de la politique ainsi que des alliances qu'ils apprennent déjà petits, ainsi que les manières d'un héritier. On peut très souvent crier à l'injustice, mais l'homme est plus valorisé que la femme étant donné qu'il est celui à porter le nom de famille et à créer une descendance digne de ce nom. Si on ne dit pas directement que la femme est particulièrement là pour créer ou fortifier des alliances puis plus tard faire des enfants, tout le monde le sait.
Les salons réservés aux hommes sont encore en fonction et l'on peut en retrouver un dans chaque manoir, ainsi qu'au ministère et dans différents endroits dans Londres. Les hommes profitent de ces endroits pour parler politique, affaires mais surtout pour fumer les cigares sorciers. Les femmes ont également leurs salons qui sont très souvent tenus par la matriarche de la famille, là-bas on papote, on ragote, on coud ou bavarde des dernières rumeurs.
Les femmes doivent faire la révérence lorsqu'elle salue n'importe quel individu et les hommes inclinent discrètement le haut de leur corps.

l'étiquette

L'étiquette est moins sévère que d'antan mais toujours bien présente. On s'incline lorsque l'on voit un individu de rang plus élevé, on ne bafouille pas, on ne crie pas, on reste polie et surtout on ne sort pas des lignes. Lors de grands événements, les femmes doivent se tenir prêts de leur mari, alors qu'eux doivent engager la conversation. On ne reste pas isolé, au contraire, au plus on discute, au plus on gagne de la popularité et de la réputation. Les anciennes danses doivent être apprises par cœur, et aucune femme fiancée ou promise n'a le droit de danser avec un autre homme que celui qui lui est prédestiné (à part si c'est un membre de sa famille). La femme ne doit pas discuter avec quelqu'un d'un rang plus élevé au sien, à moins que l'individu n'engage la conversation en premier, cela va de même pour les hommes. On s'habille en règle, et les femmes n'hésitent pas à porter des robes extravagantes, digne des temps de Louis XIV. On apprend aux enfants à parler plusieurs langues à commencer par l'anglais, le français et l'italien, qui sont les trois langues emblématiques des temps romantiques.

la place de la femme

La femme a plus de droits que dans le passé, en revanche elle est toujours tenue en retrait, pour cause, une femme ne peut pas faire d'héritiers à la famille dans laquelle elle naît. Lors de grands événements les femmes ne doivent pas être bien loin de leurs maris, et les épauler dans n'importe quelle situation. L'infidélité est punie sévèrement, dans le cas d'une infidélité la réputation de la mariée est détruite et sa popularité mise à néant. On n'utilise plus les moyens horribles de la flagellation, même si quelques familles les utilisent toujours derrière les murs de leurs manoirs. La femme est donc vendue à une famille de grand nom pour créer une alliance, celle-ci doit rapidement faire naitre un héritier, sans quoi elle est très souvent sujette à des rumeurs. La dot est toujours d'actualité et même si plusieurs mouvements ont tenté de l'anéantir, elle est toujours présente et pèse un poids lourd pour la famille de la future mariée. Elle consiste à ce que le père de la future mariée offre une sorte de compensation, un bien (argent, services) au futur époux. Inscrite dans le cadre d'une société patriarcale, elle a persisté au court des dernières années parce que les familles les moins riches se sont opposées à son abolition. Les alliances peuvent se faire en rapport à la dot, plus d'ailleurs par rapport à celle-ci qu'à l'amitié entretenue par les deux familles. Une autre raison pour laquelle il est préférable d'avoir un fils qu'une fille. Si la femme est constamment accompagnée de son mari, on attend d'elle une totale dévotion à celui-ci et un comportement impeccable au sein de la société. La femme étant le miroir de son mari.

l'homosexualité

Contrairement à l'évolution moldue, le monde sorcier se garde bien de discuter de la sexualité. Comme toute personne de sang-pur qui se respecte et qui souhaite appartenir au calque créé par la noblesse sorcière il y a bien des années, la dite 'nature' d'un individu serait d'être hétérosexuel, aux yeux de la noblesse c'est tout du moins primordial. La balance des grandes familles ainsi que leur souhait le plus profond est que leurs enfants se marient à d'autres familles pour créer des alliances et ainsi des enfants pour que le nom prospère. Si le sorcier ou la sorcière est homosexuel(le) alors, dans ce cas toute cette chaîne se brise. La ségrégation sanguine prend déjà une place énorme au sein de la société magique, pourtant on en parle et on en débat, en revanche, la sexualité est un tabou. Une personne homosexuelle est considérée comme un malade, ou comme dans les pires des cas comme un lépreux. Auquel cas le secret de l'individu est découvert, alors les familles le déshérite ou pire encore s'en débarrasse discrètement. On n'en parle pas, ou du moins on nie qu'il est possible qu'un homme aime un autre homme ou qu'une femme aime une autre femme. Homosexuelle, bisexuelle, ou autre, chaque sorcier se doit de tenir sa sexualité secrète s'il n'est pas hétérosexuel. Il est donc difficile d'être gay au sein d'une société si fermée d'esprit, si le lynchage est bien présent, la révélation de la sexualité d'un sorcier peut même devenir mortelle.
copyrights the purest of them all



Dernière édition par George Avery le Lun 2 Mai - 18:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 

◊ Les moeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The purest of them all :: our story begins :: magical decrees :: a magical universe-